De père en fils jusqu’au petit… fils.

Un fils qui pourrait être le mien si cette situation se passait dans la réalité sonnante et trébuchante.

Un fils qui a pensé à son grand-père très octogénaire, pour interpréter un ancêtre tout en modernité, se réinventant de toutes pièces actuelles, au service d’un très court-métrage, de 2 minutes vingt clé en main. C’est la règle, c’est une règle… de conduite.

Un fils qui s’est approprié le thème de la génération, donné par le festival d’une marque d’appareils photo s’intéressant au cinéma par le truchement d’un concourt-métrage sur lequel je ne dévoilerai aucune autre information, voire aucune information.

Nikon(te) pas à pas pour que le petit-fils te fasse déjà découvrir son histoire, encore tout juste échafaudée dans sa tête.

Un père qui est venu fixer les images – enfin sorties de l’esprit de son fils, les fixer… en cadres fixes – de trois générations en mouvement.

Un petit-fils guidant son grand-père en vrai, en vrai directeur d’acteur, dans le rôle de fiction d’un grand-père barbu en pellicule et en tenue de djeuns, pour la circonstance de ce tournage tous âges confondus et accoutrements à périmètres variables, casque de ’sique, bombers et bonnet dans le vent d’un intérieur sombre.

Un grand-père rythmant du rap, soutenu par les reflets des miroirs d’un couloir d’appart, en face à face, se démultipliant à perte de sons très piste de danse disco post 80.

Un même grand-père sms-sant son petit-fils dans un jargon branché à plein courant faussement ado, que son petit-fils reçoit tel un point d’interrogation et en pleine face d’incompréhension.

Finalement un grand-père bien dans son chapeau, sur le pas de sa porte extérieure, qui retrouve l’itinéraire d’un enfant, gâté par une vie tout en sourires ouverts sur un jazz intemporel, aux arrangements contemporains.

_________________________________

Film à découvrir jusqu’au 1 mars 2020
https://www.festivalnikon.fr/video/2019/858

Scénario, réalisation, captation & montage : Elia Blanc
Le grand-père : Philippe Blanc
Étalonnage & graphisme : Frèd Blanc
Musiques : Nosnow pour « Fast Life » & Francesco Bearzatti pour « Hobo Rag »

A propos Frèd Blanc

Tout a commencé dans les années 80 / 90 par Penninghen (l'ESAG) suivi d'un tour du monde. 30 ans après je suis devenu graphiste, photographe, poète & designer d’images (mentales & visibles) chez byfredblanc, anciennement edo. Quand je ne traîne pas dans un musée aux côtés de ma famille (Astrid Bouygues, Monsieur Elia et Mademoiselle d'Esther), un carnet de croquis sous le bras, où que je ne glisse pas sur les pistes de ski d’Avoriaz appareil au point, je pédale dans Paris entre deux rendez-vous, soit en construisant des analogies pour une marque en devenir, soit en rédigeant un poème. Projets : Entre 1996 & 2016 : conseil & accompagnement en communication (labo pharmaceutiques, joaillerie, hôtellerie, services, industrie...) 1997 : Identité de Ladurée pour son ouverture aux Champs Élysées. 2002 : Agenda photographique international pour Sanofi Synthé-labo. 2010 : Sculpture monumentale en hommage à Jean Vuarnet 2012 : Coup de cœur de la 49e Bourse du Talent Reportage / Photographie.com 2014 : Création de l’évènement “Sunday jazz loft”, concert en appartement, aux côtés de Francesco Bearzatti. Juin 2016 : Sélection aux Promenades Photographiques de Vendôme : Présentation du parcours "Et si le jazz est la vie autour d'une centaine de photographies et de la projection de 12 pœms-poèmes et une centaine de photo Octobre 2016 : Performance musicale et sonore lors du 13e Sunday jazz loft. Mise en musique de mes 12 poèmes de "Et si le jazz est la vie" par Francesco Bearzatti (sax tenor clarinette), Camille Bertault (voix), Federico Casagerande (guitare) et Thierry Eliez (piano et voix), en parallèle d'une projection aléatoire de mes 12 pœms poème par Matthieu Desport (vidéaste) Novembre 2016 : Création des Éditions de Ouf Bibliographie : 2006 : Ouvrage photographique “Téléphérique pour l'enfance”. Éditions Jean-Michel Place. Photographies, dessins, poèmes & maquette. 2010 : recueil de poésie “Des mots mis en baraques à sons”. Éditions Jean-Michel Place. Poèmes, dessins, photographies & mise en page. 2016 : "Et si le jazz est la vie" Éditions de Ouf. Poèmes, dessins, photographies & mise en page.
Cet article a été publié dans Création. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De père en fils jusqu’au petit… fils.

  1. Emmanuel Hugues dit :

    Bon film, bonne musique ! Bravo

  2. Alex ElKayem dit :

    Bravo Elia ! C’est bien de se pencher sur son passé familial qui est la sève de la construction de toute une vie… continues à nous rafraîchir de ta créativité bien héritée… tu me rappelles ton père que j’ai rencontré aux frémissements de sa carrière oh combien devenue, elle, si brillamment créative… et dis-lui que la ressemblance avec son père est énorme ! Bonne continuation !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s