1/3 : Téléphérique pour l’enfance – un ouvrage photographique

Téléphérique pour l’enfance – Couverture de l’ouvrage

Janvier 2005, je sors d’un lourd travail pour la Française des Jeux : le dossier de presse de son équipe de vélo. J’ai repoussé mes vacances de Noël pour terminer. Je pars enfin à la montagne. Me voilà à Avoriaz. Cet endroit mythique où j’ai passé mon enfance. Je fais le voyage seul avec mon fils. Il est petit, il a trois ans. Nous arrivons dans notre appartement. Je suis seul avec lui. Ma femme nous rejoindra le lendemain.

En le regardant vivre je me revois trente-huit ans en arrière. Moi petit, entre les jambes de mon père. Moi petit, regardant mon père lire un gros livre. Moi petit, voyant mon père sortir de la salle de bain après le ski. C’était mon père le père, et moi l’enfant. Une génération a glissé. Je suis devenu le père. Et mon fils est apparu. Et je me vois en lui.

Chaque année je retourne dans cet endroit magique où j’ai fait, j’ai découvert, j’ai compris. Et je le raconte en boucle à ceux qui veulent bien l’entendre. A ceux qui n’ont pas le choix : « le rocher que j’ai sauté avec untel« , « le hors-piste où l’on aurait pu se tuer avec un autre« . Et bien d’autres anecdotes qui n’intéressent que ceux qui y étaient. Dont la plupart est partie depuis. En revanche les montagnes n’ont pas bougé et les immeubles sont restés inchangés.

J’ai pris la place de mon père sur le grand canapé bleu et mon fils a pris la mienne sur la moquette moutarde. Une génération est passée.

Alors pourquoi ne pas raconter cette génération d’amoureux de cette montagne-là. Pourquoi ne pas crier ces émotions, ces sensations, ce bonheur procuré par ces années d’enfance. Bonheur qui n’appartient pas qu’à moi mais à tous les avoriaziens de cœur.

Avoriaz qui allait avoir quarante ans, comme moi. Avoriaz qui méritait bien d’être racontée de l’intérieur.

Ce ressenti fut donc le démarrage d’une belle aventure. La création d’un  ouvrage. D’un livre photographique où l’adulte que je suis devenu a tenté de retrouver ses sensations d’enfant.

Téléphérique pour l’enfance. Ce téléphérique que j’ai essayé de prendre à nouveau pour retourner dans cette enfance qui continue à m’habiter…

Enregistrer

Publicités

A propos Frèd Blanc

Tout a commencé dans les années 80 / 90 par Penninghen (l'ESAG) suivi d'un tour du monde. 30 ans après je suis devenu graphiste, photographe, poète & designer d’images (mentales & visibles) chez byfredblanc, anciennement edo. Quand je ne traîne pas dans un musée aux côtés de ma famille (Astrid Bouygues, Monsieur Elia et Mademoiselle d'Esther), un carnet de croquis sous le bras, où que je ne glisse pas sur les pistes de ski d’Avoriaz appareil au point, je pédale dans Paris entre deux rendez-vous, soit en construisant des analogies pour une marque en devenir, soit en rédigeant un poème. Projets : Entre 1996 & 2016 : conseil & accompagnement en communication (labo pharmaceutiques, joaillerie, hôtellerie, services, industrie...) 1997 : Identité de Ladurée pour son ouverture aux Champs Élysées. 2002 : Agenda photographique international pour Sanofi Synthé-labo. 2010 : Sculpture monumentale en hommage à Jean Vuarnet 2012 : Coup de cœur de la 49e Bourse du Talent Reportage / Photographie.com 2014 : Création de l’évènement “Sunday jazz loft”, concert en appartement, aux côtés de Francesco Bearzatti. Juin 2016 : Sélection aux Promenades Photographiques de Vendôme : Présentation du parcours "Et si le jazz est la vie autour d'une centaine de photographies et de la projection de 12 pœms-poèmes et une centaine de photo Octobre 2016 : Performance musicale et sonore lors du 13e Sunday jazz loft. Mise en musique de mes 12 poèmes de "Et si le jazz est la vie" par Francesco Bearzatti (sax tenor clarinette), Camille Bertault (voix), Federico Casagerande (guitare) et Thierry Eliez (piano et voix), en parallèle d'une projection aléatoire de mes 12 pœms poème par Matthieu Desport (vidéaste) Novembre 2016 : Création des Éditions de Ouf Bibliographie : 2006 : Ouvrage photographique “Téléphérique pour l'enfance”. Éditions Jean-Michel Place. Photographies, dessins, poèmes & maquette. 2010 : recueil de poésie “Des mots mis en baraques à sons”. Éditions Jean-Michel Place. Poèmes, dessins, photographies & mise en page. 2016 : "Et si le jazz est la vie" Éditions de Ouf. Poèmes, dessins, photographies & mise en page.
Cet article a été publié dans Création, croquis, Dessin, Graphisme, Livre ouvrage, Photographie, Poésie, Reportage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s