Un plongeon sans filet dans le 13e Sunday jazz loft

Quand nous évoquons un état second, hors du temps, où ce dernier s’arrête brutalement, où il défile à une vitesse fulgurante, n’est-ce pas uniquement le ressenti d’un vécu inclassable, hors norme ?

160925-markiii-0021

Carlos Muñoz Yagüe prépare l’ambiance lumineuse

Cet état, c’est celui dans lequel je fus projeté lors du dernier Sunday jazz loft, quand j’ai perdu toute prise concrète sur le réel, quand j’ai perdu pied sans m’en rendre compte. Plutôt quand j’ai basculé de l’autre côté, aspiré dans un monde parallèle, à la temporalité élastique, dominé par un esprit venu d’ailleurs, multiforme, s’appropriant mon libre arbitre.

160925-markiii-0052

Esther Blanc ne perd par une miette des échanges entre Camille Bertault et Thierry Eliez

Suite à cette expérience en apesanteur, au milieu de vous tous, je n’avais plus accès qu’à un grand trou béant, un grand trou de mémoire dans lequel j’ai tenté une descente pour l’explorer.

160925-markiii-0055

Seul face à des bribes de sensations disparates et d’émotions partagées, je me suis perdu dans ce vide mental, si loin des sons et des images de ce dimanche-là qui venaient me frôler sans que je puisse me les approprier.

160925-markiii-0030

Déconnecté de cette réalité tangible où chacun a donné un bout de lui – aficionados des SJL, amis musiciens aux compositions généreuses, vidéaste réinventeur de mes expressions jazzistiques ou fabricant d’images souvenirs rééclairées façon postérité – j’étais incapable d’écrire le moindre petit mot de remerciement.

160925-markiii-0099

Carlos affine le cadre de la deuxième caméra que va prendre en mains Elia Blanc

Parler de l’avant peut-être, de l’après sûrement, mais du pendant, impossible. Le pendant musical, poétique, photographique de ce dimanche restait caché derrière une série de murs capitonnés et insonorisés, que j’étais incapable de briser pour me connecter à cet instant flash, éblouissant d’émotions fortes, en votre compagnie.

160925-markiii-0223

Federico Casagrande, tout en concentration

Puis des bouts de pas grand-chose sont revenus lentement à la surface jour après jour.

160925-markiii-0173

La longue préparation de ce SJL pas comme les autres où mes douze poèmes de “Et si le jazz est la vie” allaient être mis en musique par Francesco Bearzatti, Camille Bertault, Thierry Eliez, Federico Casagrande et chantés par certains d’entre eux. Où un vidéaste du nom de Mathieu Desport allait projeter aléatoirement mes pœms-poèmes durant le concert.

160925-markiii-0164

Cette préparation minutieuse où j’ai loué du matériel comme jamais, construit un écran géant, où Carlos Muñoz-Yagüe a réinventé le lieu par l’éclairage pour le magnifier puis le filmer.

160925-markiii-0440

L’arrivée des musiciens, le volume de matériel qui les entourait, le nombre de personnes qui préparaient, les balances ou j’entendais de loin des mots familiers, ceux de mes textes, mais en phrases musicales qui devenaient étrangères, remodelées par d’autres oreilles, expertes. Ces rythmes, ces tonalités, ces nouvelles couleurs ne m’appartenaient plus.

160925-markiii-0259

Je finalisais tant bien que mal les préparatifs, la tête prise dans un ailleurs obsédant. Premiers arrivants, encore quelques photos prises à l’arrache, puis je me suis retrouvé assis sur un tabouret haut, devant le public, devant un micro, sans vraiment savoir ce que je faisais là.

160925-markiii-0470

Alors que ce dernier projetait fortement ma voix dans l’espace, que mes mots y résonnaient, j’ai raconté du n’importe quoi entre chaque présentation de musicien, le temps que la lumière du jour s’estompe et que l’obscurité envahisse le lieu pour accueillir la projection de mes pœms-poèmes.

160925-markiii-0272

Ce qui devait arriver prenait forme devant mes yeux en posture d’écoute. La naissance du premier morceau d’une série de douze, en live. J’étais assez impressionné, pris entre une excitation curieuse et une appréhension distanciée. Mes textes se racontaient devant moi, devant vous, devant nous, sans que j’en sois maître.

160925-markiii-0339

Caché derrière mon appareil photo à cliqueter nerveusement, je croisais parfois le regard de Thierry, le sourire de Camille ou un clin d’œil de Francesco. Seul Federico restait les yeux rivés sur sa guitare, grimaçant certains sons.

160925-markiii-0523

Mes petites histoires de jazz ont défilé, dans une atmosphère aussi irréelle qu’harmonieuse, réinventée à chaque morceau, où les interprètes n’ont jamais cessé de s’envoler ensemble dans cette musique conçue au cours de deux uniques sessions de création, le week-end précédent. Un véritable tour de force.

160925-markiii-0541

Quelle folie de les voir se faire plaisir en nous transmettant leur joie, au milieu de toutes ces images projetées sur leurs notes, avec la précision d’orfèvre de Matthieu Desport qui dominait totalement le lien subtil entre le rythme visuel et sonore.

160925-markiii-0830

Je me souviens maintenant d’un son de guitare rock venant s’accrocher au regard d’un enfant emprisonné derrière des barreaux. Je me souviens aussi de deux têtes aux yeux écarquillés de Francesco, l’une réelle, l’autre photographique, nous embarquant loin dans un jazz vocal, un jazz manouche, un jazz sax ou un jazz jazz, avec piano, guitare et même clarinette.

160925-markiii-0820

Je me souviens surtout que c’était déjà fini : douze musiques se sont succédées alors qu’il m’a semblé n’en entendre que six ou sept.

160925-markiii-0823

J’ai repris le micro dans un état toujours aussi flottant. Avais-je été effleuré, touché par ce SJL si particulier, tant imaginé, qui me concernait mais que je ne maîtrisais pas ?

160925-markiii-0867

Au premier son sortant de ma bouche, j’ai compris que j’avais été foudroyé sur place. Je venais de vivre une expérience énorme. Si énorme que je ne trouvais pas les mots à la hauteur de ce voyage intérieur. Si tant énorme que j’ai décidé de ne pas lire mes traditionnels poèmes du SJL précédent. Le silence de cet après-concert était tellement plus juste.

160925-markiii-0871

Plus de six ans racontés en une soirée, et quelle soirée ! Il ne me reste plus qu’à écouter la bande-son pour continuer à me rappeler. Je n’ose pas, peut-être par peur de déflorer mes souvenirs, mais lesquels ?

160925-markiii-0207

Au 13 novembre prochain pour le 14e Sunday jazz loft !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

A propos Frèd Blanc

Tout a commencé dans les années 80 / 90 par Penninghen (l'ESAG) suivi d'un tour du monde. 30 ans après je suis devenu graphiste, photographe, poète & designer d’images (mentales & visibles) chez byfredblanc, anciennement edo. Quand je ne traîne pas dans un musée aux côtés de ma famille (Astrid Bouygues, Monsieur Elia et Mademoiselle d'Esther), un carnet de croquis sous le bras, où que je ne glisse pas sur les pistes de ski d’Avoriaz appareil au point, je pédale dans Paris entre deux rendez-vous, soit en construisant des analogies pour une marque en devenir, soit en rédigeant un poème. Projets : Entre 1996 & 2016 : conseil & accompagnement en communication (labo pharmaceutiques, joaillerie, hôtellerie, services, industrie...) 1997 : Identité de Ladurée pour son ouverture aux Champs Élysées. 2002 : Agenda photographique international pour Sanofi Synthé-labo. 2010 : Sculpture monumentale en hommage à Jean Vuarnet 2012 : Coup de cœur de la 49e Bourse du Talent Reportage / Photographie.com 2014 : Création de l’évènement “Sunday jazz loft”, concert en appartement, aux côtés de Francesco Bearzatti. Juin 2016 : Sélection aux Promenades Photographiques de Vendôme : Présentation du parcours "Et si le jazz est la vie autour d'une centaine de photographies et de la projection de 12 pœms-poèmes et une centaine de photo Octobre 2016 : Performance musicale et sonore lors du 13e Sunday jazz loft. Mise en musique de mes 12 poèmes de "Et si le jazz est la vie" par Francesco Bearzatti (sax tenor clarinette), Camille Bertault (voix), Federico Casagerande (guitare) et Thierry Eliez (piano et voix), en parallèle d'une projection aléatoire de mes 12 pœms poème par Matthieu Desport (vidéaste) Novembre 2016 : Création des Éditions de Ouf Bibliographie : 2006 : Ouvrage photographique “Téléphérique pour l'enfance”. Éditions Jean-Michel Place. Photographies, dessins, poèmes & maquette. 2010 : recueil de poésie “Des mots mis en baraques à sons”. Éditions Jean-Michel Place. Poèmes, dessins, photographies & mise en page. 2016 : "Et si le jazz est la vie" Éditions de Ouf. Poèmes, dessins, photographies & mise en page.
Cet article a été publié dans Création. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s