Jamais pareil, toujours reconnaissable

Mais où, mais où s’arrêteront-ils, mais où ne s’arrêteront-ils jamais, jamais de la vie, de la vie des Sunday jazz lofts ?

150927065

Pourtant un jour ils s’arrêteront. Ce n’est pas encore pour aujourd’hui et c’est tant mieux.

150927108

Francesco Bearzatti et Franck Avitabile

Francesco, le maître de musique, a invité pour la 9e session Franck Avitabile, pianiste qui oscille entre sa formation classique et ses dérives jazzistiques. Avec un charme particulier, comme celui d’arriver au concert en chemise-veste-rollers, avec lacets de couleurs, pas ceux des rollers mais ceux de ses chaussures, j’adore…

150927167

Mais pas que : Franck Avitabile c’est aussi une dextérité à toute épreuve. Il faut l’entendre s’approprier le piano en voyageant chez les plus grands qu’il revisite avec virtuosité.

Cependant pour l’instant les musiciens n’ont pas commencé à jouer, et vous le public, vous n’êtes même pas encore arrivés.

150927130

Dans la salle qui ressemble encore un peu à mon salon, Francesco et Franck apprennent à se connaître par le truchement de leur instrument et de leurs morceaux de prédilection. Tout en étant très différents, ils délimitent petit à petit le terrain sur lequel ils vont s’exprimer, à deux, se passant la note en regardant l’autre la tordre dans tous les sens, avant de la récupérer à la volée.

150927183

Alors que je finalise l’organisation, qui s’est étalée comme d’habitude sur une quinzaine de jours, vous arrivez tous, d’un coup, d’un seul. Vous êtes encore plus nombreux, encore plus avenants, encore plus souriants que les fois précédentes. Je vous tutoie alors tous comme si je vous connaissais depuis longtemps. C’est peut-être d’ailleurs le cas.

150927284

C’est là que je me suis rappelé pourquoi j’organisais les Sunday jazz lofts. Pour vous, pour votre présence, pour votre plaisir, pour ce tout magique qui s’écoule en quelques heures mais qui vit en moi pendant bien plus longtemps. J’imagine en vous aussi. Après ces interrogations et ces doutes sur le fait de passer de longues nuits sur la liste des participants, le programme à venir ou les photos du Sunday jazz loft précédent, tout faisait à nouveau sens.

150927305

150927311

Le rythme de cette fin d’après-midi s’est précipité d’un coup. Vous avez cherché vos assises, celles qui vous convenaient le mieux, en haut, en bas, sur le côté ou sur les marches. Pour certains même, debout. Je me suis alors retrouvé projeté devant ma cheminée, en dessous d’une main géante prête à enfoncer des touches de piano, ou à écraser le haut de mon crâne. Heureusement elle était enfermée dans une photo.

150927330

J’ai pris le traditionnel programme, j’ai lu son introduction que vous ne devez que très rarement parcourir, ce qui m’a permis d’être succinct, puis je me suis effacé derrière mon boîtier photographique.

150927438

150927204

Francesco s’est alors baladé dans l’univers de Franck, avec Franck, dans une aisance bien à lui, même quand il a joué un morceau de Michel Petrucciani, une pièce qu’il n’avait pas interprétée depuis plus de 15 ans. Et le piano a décidé de grincer de la pédale, ce fut agaçant pour certains, distrayant pour d’autres, présent pour tous, et oublié aussi vite.

150927464

Francesco Bearzatti et Camille Bertault

Le concert touchait déjà à sa fin quand Camille Bertault est venue chanter, pour la deuxième fois consécutive, dans une connexion totale avec l’esprit Bearzzatien, avant que Benjamin Moussay, l’invité du Sunday jazz loft précédent, interprète un morceau à quatre mains avec Franck. Grande folie musicale, ils se renvoyaient la note avec légèreté, dans un temps suspendu et les applaudissements qui ont suivi ne voulaient pas non plus s’achever.

150927545

Franck Avitabile et Benjamin Moussay

Puis comme d’habitude, j’ai lu mes deux textes poétiques, ceux du programme, dans la douceur de cette fin de concert, avant que les chaises ne se plient, que le buffet ne se remplisse, que les assiettes ne se vident, que les participants ne s’éclipsent au compte-gouttes.

150927610

Quand il n’est resté que quelques personnes, un musicien vénézuélien, Léo Rondon, qui était arrivé en retard par une autoroute bloquée pour cause d’accident, a accompagné Francesco à la guitare, dans un style très cuatro, l’instrument national de son pays. L’after a continué dans des impros plus verbales, mais tout aussi musicales. Merci Monsieur Patrick Borg. Certains se sont même mis à danser. Et si ce n’était déjà plus le concert, c’était plus que jamais un véritable Sunday jazz loft, comme les affectionne Francesco.

150927670

150927681

Léo Rondon, musicien de cuatro

A bientôt pour le prochain. Je peux déjà vous dire qu’il aura lieu le 8 novembre avec … Gardez-le pour vous, et merci encore de croire dans ces aventures successives et improbables.

150927734

Alors jusqu’où ne s’arrêteront-ils pas jamais ?

Publicités

A propos Frèd Blanc

Tout a commencé dans les années 80 / 90 par Penninghen (l'ESAG) suivi d'un tour du monde. 30 ans après je suis devenu graphiste, photographe, poète & designer d’images (mentales & visibles) chez byfredblanc, anciennement edo. Quand je ne traîne pas dans un musée aux côtés de ma famille (Astrid Bouygues, Monsieur Elia et Mademoiselle d'Esther), un carnet de croquis sous le bras, où que je ne glisse pas sur les pistes de ski d’Avoriaz appareil au point, je pédale dans Paris entre deux rendez-vous, soit en construisant des analogies pour une marque en devenir, soit en rédigeant un poème. Projets : Entre 1996 & 2016 : conseil & accompagnement en communication (labo pharmaceutiques, joaillerie, hôtellerie, services, industrie...) 1997 : Identité de Ladurée pour son ouverture aux Champs Élysées. 2002 : Agenda photographique international pour Sanofi Synthé-labo. 2010 : Sculpture monumentale en hommage à Jean Vuarnet 2012 : Coup de cœur de la 49e Bourse du Talent Reportage / Photographie.com 2014 : Création de l’évènement “Sunday jazz loft”, concert en appartement, aux côtés de Francesco Bearzatti. Juin 2016 : Sélection aux Promenades Photographiques de Vendôme : Présentation du parcours "Et si le jazz est la vie autour d'une centaine de photographies et de la projection de 12 pœms-poèmes et une centaine de photo Octobre 2016 : Performance musicale et sonore lors du 13e Sunday jazz loft. Mise en musique de mes 12 poèmes de "Et si le jazz est la vie" par Francesco Bearzatti (sax tenor clarinette), Camille Bertault (voix), Federico Casagerande (guitare) et Thierry Eliez (piano et voix), en parallèle d'une projection aléatoire de mes 12 pœms poème par Matthieu Desport (vidéaste) Novembre 2016 : Création des Éditions de Ouf Bibliographie : 2006 : Ouvrage photographique “Téléphérique pour l'enfance”. Éditions Jean-Michel Place. Photographies, dessins, poèmes & maquette. 2010 : recueil de poésie “Des mots mis en baraques à sons”. Éditions Jean-Michel Place. Poèmes, dessins, photographies & mise en page. 2016 : "Et si le jazz est la vie" Éditions de Ouf. Poèmes, dessins, photographies & mise en page.
Cet article a été publié dans Création, Dessin, Evènement, Exposition, Jazz, Musique, Photographie, Poésie, Reportage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s