1/3 : Premier pœm-poème / Le clown blanc dans tous ses états…

Sous les chapiteaux successifs que j’ai pu approcher, j’ai rencontré un cirque unique à facettes multiples. Il ne m’a jamais quitté. Une piste au repos, dans l’obscurité, avant sa mise à nu, une fois, deux fois, trois fois dans la même journée. Des hommes aux personnalités diverses, toujours en action, toujours en mouvement. Un mensonge sur-joué fait de bouts de vrai, de beautés cachées, de tristesses transcendées, de maquillages paillettes, de clowns bouche-trous… Trapézistes angoisses, dompteurs peurs, magiciens ratés, chevaux élégants ou éléphants majestueusement potiches se mélangent à une fumée poussière afin de devenir voyage à la découverte de contrées réinventées. Montage, cage, musique, accessoires, entr’acte, démontage, fin de l’histoire. Tout se dit dans les coulisses d’une roulotte. Tout se transforme devant le public, dans les cris assourdissants d’enfants aux yeux ronds d’étonnement et aux éclats de rire sans jugement, dans le comportement de parents apeurés par leur enfance disparue. Mais mon cirque, c’est aussi celui qui se trouve au croisement imaginaire de ma culture familiale et de mes aventures fantasmées de voyageur reporter, la musique yiddish flirtant avec la musique tsigane, ou le rêve de contrées éloignées s’incarnant dans le mode de vie des gens du voyage. Passant de troupes en troupes, je les écoute jouer leur partition. Dans le public puis dans les coulisses, je cherche à saisir leurs raisons d’être ces hommes, sans autre attache que leurs numéros d’un soir ou d’une après-midi. Dans l’ombre j’inscris mes émotions visuelles sur ma pellicule virtuelle et je pose mes ressentis instantanés dans mon cahier zapbook, spécial poésie quotidienne.

Cirque en chantier - Ile Seguin

En juin 2011 sur l’île Seguin, un cirque en chantier m’accueille. Sous un chapiteau blanc, je croise l’histoire d’un clown tout aussi blanc. Elle est sortie de la tête de Madona Bouglione, c’est sa fille Victoria qui me l’a dit.

Pour la première fois, je suis véritablement confronté à un voyage mental dans un monde sans frontières pré-établies. De cette expérience particulière, j’ai tiré ma première pœm, petite œuvre multi média, dont le montage, improvisé dans la lignée d’une musique jazz, est rythmé par une voix de conteuse. Pour la première fois, j’ai tenté de dépasser les limites de mes mots en poèmes, de mes images en photos, de mes dessins d’un trait.

Publicités

A propos Frèd Blanc

Tout a commencé dans les années 80 / 90 par Penninghen (l'ESAG) suivi d'un tour du monde. 30 ans après je suis devenu graphiste, photographe, poète & designer d’images (mentales & visibles) chez byfredblanc, anciennement edo. Quand je ne traîne pas dans un musée aux côtés de ma famille (Astrid Bouygues, Monsieur Elia et Mademoiselle d'Esther), un carnet de croquis sous le bras, où que je ne glisse pas sur les pistes de ski d’Avoriaz appareil au point, je pédale dans Paris entre deux rendez-vous, soit en construisant des analogies pour une marque en devenir, soit en rédigeant un poème. Projets : Entre 1996 & 2016 : conseil & accompagnement en communication (labo pharmaceutiques, joaillerie, hôtellerie, services, industrie...) 1997 : Identité de Ladurée pour son ouverture aux Champs Élysées. 2002 : Agenda photographique international pour Sanofi Synthé-labo. 2010 : Sculpture monumentale en hommage à Jean Vuarnet 2012 : Coup de cœur de la 49e Bourse du Talent Reportage / Photographie.com 2014 : Création de l’évènement “Sunday jazz loft”, concert en appartement, aux côtés de Francesco Bearzatti. Juin 2016 : Sélection aux Promenades Photographiques de Vendôme : Présentation du parcours "Et si le jazz est la vie autour d'une centaine de photographies et de la projection de 12 pœms-poèmes et une centaine de photo Octobre 2016 : Performance musicale et sonore lors du 13e Sunday jazz loft. Mise en musique de mes 12 poèmes de "Et si le jazz est la vie" par Francesco Bearzatti (sax tenor clarinette), Camille Bertault (voix), Federico Casagerande (guitare) et Thierry Eliez (piano et voix), en parallèle d'une projection aléatoire de mes 12 pœms poème par Matthieu Desport (vidéaste) Novembre 2016 : Création des Éditions de Ouf Bibliographie : 2006 : Ouvrage photographique “Téléphérique pour l'enfance”. Éditions Jean-Michel Place. Photographies, dessins, poèmes & maquette. 2010 : recueil de poésie “Des mots mis en baraques à sons”. Éditions Jean-Michel Place. Poèmes, dessins, photographies & mise en page. 2016 : "Et si le jazz est la vie" Éditions de Ouf. Poèmes, dessins, photographies & mise en page.
Cet article a été publié dans Création, Film, Jazz, Musique, Photographie, Poésie, Reportage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s