2/2 : Avez-vous vu mes images sur voz’images

…Ce mail de voz’images. J’y reviens. Ce mail qui se voulait musical en m’invitant à découvrir une sélection de photographies liées à la thématique de la journée. Appâté par une ancienne photographie de Johnny Hallyday à son époque yéyé, j’ai voulu en savoir plus sur la photo de ce chanteur à qui j’ai tiré le portrait à plusieurs reprises. Portraits intimistes que j’avais cadrés loin de la foule incontrôlable et des concerts-spectacles. Bien loin de l’univers de cette photo que je découvrais sur le site.

J’ai cliqué. Me voilà alors propulsé sur internet. Sur le site de voz’images. Différentes photos défilèrent sans me laisser le temps de souffler. Différents photographes, différents chanteurs, différents interprètes. Noir & blanc, couleur. Connus, peu ou pas connus, très connus, inconnus (de moi et peut-être aussi de vous).

Puis je me suis retrouvé devant une photo qui m’était familière. Que j’avais déjà vue quelque part. Mais où ? Henri Salvador sur scène, un verre à la main. J’ai regardé le nom du photographe. Il s’appelait… Fred Blanc. Mais c’est moi !

Henri Salvador

Henri Salvador sur la scène du Festival des Vieilles Charrues - 2001

J’étais face à mon image. Face à un moi-même sans l’avoir voulu. Sans l’avoir même imaginé. Étrange sensation. Puis j’ai découvert un autre cliché que j’avais réalisé au Festival des Vielles Charrues à Carhaix, en Bretagne. Une photo de Maceo Parker. Et deux autres d’Henri Salvador. Puis une dernière de Ray Charles réalisée lors d’une soirée de charité dans un salon de réception à Neuilly. Ces portraits mélangés à ceux d’autres grands interprètes de Jazz. Souvent disparus. A qui je ne pourrai jamais tirer le portrait.

Musicien

Maceo Parker sur la scène du Festival des Vieilles Charrues - 2001

Ray Charles lors d'une soirée de charité - Neuilly France

Je souris doucement en repassant cette scène où je me fais prendre par surprise par mes propres images. Utilisées par d’autres. Mises en scène autrement. Motivées par des objectifs différents des miens.

Henri Salvador sur la scène du Festival des Vieilles Charrues - 2001

J’ai fermé le site. J’ai rêvassé quelques instants embarqué dans une musique plus photographique que sonore.

Je n’irai pas à la fête de la musique cette année faire des photos de nuit. Faire du flou. J’irai coucher mes enfants sur ce fond de bouts de concerts improvisés. Dans ce tout là bas qui s’efface en même temps que ma fille lutte contre le sommeil. Puis j’irai me poser à nouveau à ma table de travail. Là-haut. Dans cette pièce suspendue. Réservée à mes vagabondages mentaux. Avant d’écrire mon poème quotidien, avant de l’illustrer d’un bout de dessin fait de deux ou trois traits. Avant que je ne m’endorme, ma tâche quotidienne accomplie.

Pour découvrir d’autres photographies, bienvenue sur voz’images/photos de Frèd Blanc

Publicités

A propos Frèd Blanc

Tout a commencé dans les années 80 / 90 par Penninghen (l'ESAG) suivi d'un tour du monde. 30 ans après je suis devenu graphiste, photographe, poète & designer d’images (mentales & visibles) chez byfredblanc, anciennement edo. Quand je ne traîne pas dans un musée aux côtés de ma famille (Astrid Bouygues, Monsieur Elia et Mademoiselle d'Esther), un carnet de croquis sous le bras, où que je ne glisse pas sur les pistes de ski d’Avoriaz appareil au point, je pédale dans Paris entre deux rendez-vous, soit en construisant des analogies pour une marque en devenir, soit en rédigeant un poème. Projets : Entre 1996 & 2016 : conseil & accompagnement en communication (labo pharmaceutiques, joaillerie, hôtellerie, services, industrie...) 1997 : Identité de Ladurée pour son ouverture aux Champs Élysées. 2002 : Agenda photographique international pour Sanofi Synthé-labo. 2010 : Sculpture monumentale en hommage à Jean Vuarnet 2012 : Coup de cœur de la 49e Bourse du Talent Reportage / Photographie.com 2014 : Création de l’évènement “Sunday jazz loft”, concert en appartement, aux côtés de Francesco Bearzatti. Juin 2016 : Sélection aux Promenades Photographiques de Vendôme : Présentation du parcours "Et si le jazz est la vie autour d'une centaine de photographies et de la projection de 12 pœms-poèmes et une centaine de photo Octobre 2016 : Performance musicale et sonore lors du 13e Sunday jazz loft. Mise en musique de mes 12 poèmes de "Et si le jazz est la vie" par Francesco Bearzatti (sax tenor clarinette), Camille Bertault (voix), Federico Casagerande (guitare) et Thierry Eliez (piano et voix), en parallèle d'une projection aléatoire de mes 12 pœms poème par Matthieu Desport (vidéaste) Novembre 2016 : Création des Éditions de Ouf Bibliographie : 2006 : Ouvrage photographique “Téléphérique pour l'enfance”. Éditions Jean-Michel Place. Photographies, dessins, poèmes & maquette. 2010 : recueil de poésie “Des mots mis en baraques à sons”. Éditions Jean-Michel Place. Poèmes, dessins, photographies & mise en page. 2016 : "Et si le jazz est la vie" Éditions de Ouf. Poèmes, dessins, photographies & mise en page.
Cet article a été publié dans Jazz, Musique, Photographie, Reportage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s