2/3 : …Manhattan – La “big apple” croquée…

…Deuxième matin. Je propose à mon père de m’accompagner. Je marche plus lentement, je fais moins de photos, nous discutons tranquillement et d’autres choses se passent. En arrivant devant l’Apple store de la 5e avenue nous sommes aspirés dans l’Apple way of life. Mon père disparaît au milieu de cette foule à l’affût des nouveaux produits de la Mac generation tandis que je reste fasciné par les escaliers qui nous ont descendus dans les sous-sols du temple de la culture Mac.

L'entrée de l'Apple store de Manhattan reflétant les tours du quartier de la 5e avenue

Je regarde ces escaliers en verre dépoli qui jouent subtilement avec les lumières extérieures. Si les transparences commencent dès l’entrée cubique de l’édifice où les reflets jouent tour à tour avec la cage de l’ascenseur, celle de l’escalier, Schwarz le magasin mythique de jouets, le monumental Plaza hôtel transformé aujourd’hui en résidence ou Central Park, c’est bien au sous-sol que la magie déploie toute sa puissance. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur que l’on peut distinguer les pieds des visiteurs qui se meuvent sur un rythme particulier, entre le dedans et le dehors, entre le dehors et le dedans. Devant cette danse quasi sacrée je sors mon appareil photo et je commence à shooter.

Petit à petit je bascule dans un état second. Enivré par ces mouvements en continu, j’appuie sans m’arrêter, sans arriver à m’arrêter. Je distingue des dessous d’escarpins, de godasses, de mocassins. J’entrevois une personne qui attend son compagnon, une autre qui hésite, qui fait marche avant, marche arrière, puis une autre avec une mallette, avec une chaise roulante, une poussette, un vélo et je ne sais plus quoi d’autre tellement les images vont vite. Et tout recommence. Un groupe arrive, prend les escaliers, je les suis du viseur, j’appuie encore. D’autres personnages empruntent l’ascenseur, je ne m’épuise toujours pas. Je déclenche encore et encore. Cette transparence me parle, me donne à imaginer, m’envoûte et m’entraîne dans cette réalité transformée où j’essaye de traduire mon ressenti sans réellement y parvenir. L’image regardée n’est déjà plus. Comment transcrire avec des images fixes ce vertige de pieds qui apparaissent et disparaissent ? Je ne pense pas à filmer, juste à photographier, en noir et blanc, en continu. J’appuie et j’appuie encore. Je joue avec la découpe des marches comme avec celle des dalles en verre qui, à leur tour, jouent leur rôle de passerelles entre la rue et la cage d’ascenseur. Rectangles entrecoupés de pieds, découpes horizontales et verticales, semelles de chaussures noires qui se grisent dans le mouvement. J’attrape tout ce que je peux.

Vue du dessous en transparence de l'entrée de l'Apple Store de New-York

L’excitation monte. Quelqu’un me tapote sur l’épaule. Je sursaute. C’est mon père qui souhaite retourner à l’hôtel, les autres l’attendent. Il me demande si j’ai terminé, j’acquiesce, je lui dis que je le retrouve dans deux minutes dehors. Me voilà ramené à cette triste réalité de la vie en communauté. Je le rejoins, je lui raconte ce que je viens de vivre mais le doute s’empare de moi. Il faut que j’y retourne, je n’ai pas ce qu’il me faut, je n’ai rien, tout est mauvais j’en suis sûr. Je le laisse en plan, il rentre seul à l’hôtel et je pars compléter ma série.

Je suis seul, le temps se rallonge. Je change d’objectif, je resserre mon cadre pour me retrouver plus proche des semelles de mes personnages, pour ressentir leurs mouvements, leurs choix, leurs doutes, leurs certitudes, pour me laisser prendre à leur jeu, sans réfléchir. Je compose, je décompose, je recomposerai plus tard. Pour l’instant j’emmagasine de l’image. Me servira-t-elle un jour ? La seule chose qui me tient la tête cambrée en arrière est d’être là où je me trouve, sous ces passants qui passent. Je suis en eux, je suis dans chacun de leurs mouvements et ils n’en savent rien, et je n’en connaîtrai aucun. Aucun visage, aucune expression. Je suis loin des photos de rues que j’ai l’habitude de prendre. Et pourtant je capte ces attitudes Je retrouve ce que je cherche obsessionnellement. Un personnage seul, un autre exclu, un groupe, un mouvement incertain. Ma tête tourne à force de regarder en l’air, je perds l’équilibre mais je ne peux m’arrêter. Ce défilé en continu est si beau.

L'entrée de l'Apple Store donnant sur l'escalier central

Les gens d’en bas quant à eux continuent à regarder les imacs, iphones, itunes, ipads, itouchs beaucoup de choses mais personne ne voit ce que je vois, personne ne me voit non plus la tête levée à photographier des pieds en transparence. En dessous de ce tout qui vit à mille à l’heure…

Apple : la dynamique d'un lieu de culte

Les marches à double épaisseur où se croisent les descendeurs et les monteurs

Publicités

A propos Frèd Blanc

Tout a commencé dans les années 80 / 90 par Penninghen (l'ESAG) suivi d'un tour du monde. 30 ans après je suis devenu graphiste, photographe, poète & designer d’images (mentales & visibles) chez byfredblanc, anciennement edo. Quand je ne traîne pas dans un musée aux côtés de ma famille (Astrid Bouygues, Monsieur Elia et Mademoiselle d'Esther), un carnet de croquis sous le bras, où que je ne glisse pas sur les pistes de ski d’Avoriaz appareil au point, je pédale dans Paris entre deux rendez-vous, soit en construisant des analogies pour une marque en devenir, soit en rédigeant un poème. Projets : Entre 1996 & 2016 : conseil & accompagnement en communication (labo pharmaceutiques, joaillerie, hôtellerie, services, industrie...) 1997 : Identité de Ladurée pour son ouverture aux Champs Élysées. 2002 : Agenda photographique international pour Sanofi Synthé-labo. 2010 : Sculpture monumentale en hommage à Jean Vuarnet 2012 : Coup de cœur de la 49e Bourse du Talent Reportage / Photographie.com 2014 : Création de l’évènement “Sunday jazz loft”, concert en appartement, aux côtés de Francesco Bearzatti. Juin 2016 : Sélection aux Promenades Photographiques de Vendôme : Présentation du parcours "Et si le jazz est la vie autour d'une centaine de photographies et de la projection de 12 pœms-poèmes et une centaine de photo Octobre 2016 : Performance musicale et sonore lors du 13e Sunday jazz loft. Mise en musique de mes 12 poèmes de "Et si le jazz est la vie" par Francesco Bearzatti (sax tenor clarinette), Camille Bertault (voix), Federico Casagerande (guitare) et Thierry Eliez (piano et voix), en parallèle d'une projection aléatoire de mes 12 pœms poème par Matthieu Desport (vidéaste) Novembre 2016 : Création des Éditions de Ouf Bibliographie : 2006 : Ouvrage photographique “Téléphérique pour l'enfance”. Éditions Jean-Michel Place. Photographies, dessins, poèmes & maquette. 2010 : recueil de poésie “Des mots mis en baraques à sons”. Éditions Jean-Michel Place. Poèmes, dessins, photographies & mise en page. 2016 : "Et si le jazz est la vie" Éditions de Ouf. Poèmes, dessins, photographies & mise en page.
Cet article a été publié dans Création, Photographie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s